COVID-19 : Annonce importante, en savoir plus
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
DESTINATION

Être femme à Dubaï, si on cassait les préjugés !

article-photo-301
profile-photo-19003

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Vous aimez cet article ? Partagez le :

Ah ! Dubaï, rien que d’en mentionner le nom, tout un tas d'idées préconçues me viennent à l’esprit. Pourtant, y suis-je déjà allée ?

Absolument pas. 

Destination prisée par les influenceuses et stars de télé-réalité, quand on parle de Dubaï on pense principalement au luxe, aux soirées, aux grands buildings, à l’abondance et surtout aux hommes particulièrement riches au centre de tout cela. 

Les femmes par contre, on s’imagine qu’elles ont peu de droits quant à leur vêtements, carrière (si tant est qu’elles en aient une) et que toute leur vie est centrée autour de leurs hommes ou supérieurs hiérarchiques.

En bref, l’image de l’enfer sur terre en termes de droits et liberté pour une féministe.

Quant à la sécurité, avec autant d’hommes dans la rue, impossible de se promener tranquille non ? En France, dans les grandes villes c’est déjà quelque chose de se promener seule sans se prendre une remarque ou se faire aborder, alors à Dubaï…

Et voyager avec un bébé ? Pas sûre que ce soit aussi simple qu’en Angleterre comme a pu nous en témoigner Gill.

Vous l’aurez compris personnellement, j’avais de sacrés préjugés sur Dubaï. Des préjugés plutôt infondés étant donné que je n’ai jamais mis un pied aux Emirats. Alors finalement, si c’était complètement l'inverse ? 

C’est ce que j’ai demandé à Nadège, hébergeuse chez La Voyageuse, expatriée depuis maintenant 9 ans à Dubaï après une opportunité professionnelle. 


Et comme je reste persuadée que je ne suis pas la seule à avoir ces aprioris sur la ville, je partage avec vous les mots de notre hôte qui m’ont ouvert les yeux et donné une toute autre version de cette ville.


<h2>Des préjugés infondés ?</h2>

A : “En tant qu'expatriée, comment ressentez-vous votre vie à Dubaï ? Comment vos amis, proches ont-ils perçu votre départ et votre vie là-bas ? Y a-t-il des préjugés qui reviennent souvent à tort ?”

N : “Oui effectivement on m’a dit ‘’tu ne vas pas avoir le droit de conduire, tu vas porter un voile, tu ne pourras pas te mettre en maillot de bain à la plage.’’ On a eu droit à beaucoup de préjugés au départ. Nos proches n’ont pas eu de problème à nous voir partir, parce que les voyages ne sont pas un souci, mais aller s’installer dans les pays arabes et musulmans c’était à priori un problème pour eux, même si ça ne l’a jamais été pour nous.

Parlant de préjugés j’ai d’ailleurs une petite anecdote. Quand on s‘expatrie à Dubaï avec une grosse entreprise, on a souvent le droit à une journée de ce qu’on appelle “éveil culturel” pour nous sensibiliser à la culture du pays.
Mon mari et moi avons donc reçu un libanais censé nous en dire plus sur Dubaï. 
Et soudain, il nous a demandé de lui présenter la montre qu’on portait. 

A ce moment là, ni mon mari ni moi n’en avions. Il nous a ensuite expliqué que c’est important d’acheter une montre. Elle est le reflet du niveau de l’entreprise qu’on représente. Donc il faut avoir des signes extérieurs qui montrent que cette entreprise se porte bien. 
Cela dit, arrivé à Dubaï, on s’est vite rendu compte que porter une montre ne change rien du tout… On a tout de même un accueil très favorable en tant qu’expatrié.”

devenir hébergeuse (2).png

A : “Beaucoup de femmes appréhendent un voyage à Dubaï, comment sont considérées les femmes là-bas ? Peut-on sortir dans la rue tranquillement ?”

N : “J’ai habité à Paris pendant 6 ans quand j’étais plus jeune, ce qui m’a vraiment renforcée, j’étais même devenue très agressive parce qu’on est harcelées sans arrêt, j’avais 25 ans je ne pouvais pas faire un trajet dans le métro sans avoir une réflexion, un sifflement, un main mal placée, c'était infernal.

Je crois que le taux de délinquance à Dubaï est de 0,05%, je ne me suis jamais autant sentie en sécurité qu’ici.

A Dubaï je suis sortie, j’allais en boite de nuit en mini short et en talons, je rentrais en taxis, ivre à l’arrière en toute sérénité, loin des expériences Uber à Paris. J’ai quelqu’un qui me dépose devant chez moi qui vérifie que je suis bien rentrée, il ne fait pas de détour et je ne paye pas plus cher. 

C’est pareil pour le sport, on peut aller courir à 11h du soir dans un parc ou au bord de la plage sans une once d’inquiétude.”

Long chemin éclairé au bord de la plage
Long chemin éclairé au bord de la plage

A : “D’une manière générale est-ce facile de se déplacer à Dubaï et en tant que femme ?”

N : “La ville n’est pas très grande elle doit faire 45 km de long avec entre 2 et 4 millions d'habitants ce n’est pas une très grosse ville. Elle est bordée par le désert d’un côté et par la mer de l'autre, c'est une ville en longueur, il y a différents quartiers où on n’est pas très souvent à pied. 
Pour se déplacer il y a un métro dans lequel on peut manger assis par terre si on veut tellement c’est propre. Il y a même des wagons réservés aux femmes si on veut. Je peux aussi me déplacer en taxis, ça ne coûte rien comme le pétrole ne coûte pas cher, donc on se déplace très souvent de cette manière. Même les enfants prennent le taxi s’ils ont un téléphone, tout est enregistré sur l’appli.”

A : “Y a t-il des choses prohibées ou à éviter afin de ne pas s’attirer d’ennuis ?”

N : “On se balade pas seins nus à Dubaï, même si je peux courir en short sans problème et que certains touristes portent souvent des string sur la plage. En plus de cela, il est interdit de faire des photos sur les plages. Notamment pour la sécurité des touristes. Les pulsions sont très tenues par la société donc ils essayent vraiment de nous protéger de tout ce qui pourrait être une nuisance à notre confort.

Sinon on respecte beaucoup les règles, pas de ''french kiss’’ à Dubaï dans la rue, un baiser sur la bouche ou marcher en se donnant la main ce n’est pas du tout un problème, mais effectivement on ne démontre pas son affection de manière évidente en public.

Je ne me promènerai pas non plus dans un Mall (centre commercial) en journée avec un débardeur. D’abord parce que c’est toujours très climatisé et puis parce que quand on fait nos courses de tous les jours on ne se met pas à moitié nue. Je peux mettre une jupe et un débardeur, on ne va rien me dire, mais il peut arriver qu’un vigile me dise de mettre un gilet. Généralement il y a des panneaux à l’entrée qui expliquent tout ça.
Quand on visite les mosquées c’est pareil on doit être habillé de manière adaptée.”


A : “Côté tourisme : on voit Dubaï comme une grande ville, très riche avec beaucoup de buildings mais que peut-on y faire ? Y a t-il des endroits particuliers où sortir, des loisirs ou activités insolites à découvrir en dehors du tourisme de luxe ?”

N : "J’avais plein d’amis qui avaient des préjugés et qui sont venus à Dubaï parce qu’il faisait beau. Ils sont repartis enchantés. Peut-être parce que je sais faire en sorte que les gens aiment la ville ;-).

Le tourisme de luxe je ne sais pas, personnellement je n’en fais pas, mais la ville en elle-même est très sympa, ne serait-ce que s’y balader, regarder autour de soi, ou voir la skyline (celle en bas de chez moi est juste tellement belle).


Il y a aussi la Burj Khalifa qui est la tour la plus haute du monde. Il faut la visiter pour découvrir sa beauté mais aussi l’ingéniosité de la construction. Qu’on puisse monter aussi haut c’est quand même quelque chose d’hyper bien fait à Dubaï, c’est fait pour qu’on aime la ville. 

En journée, au pied de la tour, il y a un spectacle de fontaines qui est dingue. Le soir il est  accompagné de musique et de projections de lumière sur la Burj Khalifa.


Ne serait-ce que ce quartier là on peut y passer deux jours entre le plus grand Mall du monde, la tour, les spectacles, les incroyables restaurants gastronomiques ou plus simples, ça c’est juste dans un des quartiers mais on peut aussi aller dans le désert, on peut faire du quad, du jet ski, on peut aussi aller se baigner et faire du paddle. Il y a vraiment de nombreuses activités.” 

A : “Mais tout ça, ça fait un peu partie du tourisme de luxe non ? Il faut avoir un sacré budget pour s’offrir ce genre d'activités.”

N : “Pour les budgets ça va vraiment dépendre. Si vous voulez aller dans un parc ça va être l’équivalent d’un euro, les plages sont gratuites mais ensuite vous avez des clubs qui peuvent être payants (mais vous avez généralement la nourriture et les boissons gratuites). Il y a plein d’opportunités à Dubaï, il y a même un site qui s’appelle Groupon.ae où il y a tout un tas de bons plans. Pour la tour il faut payer une cinquantaine d’euros mais ça vaut le coup.”


A : “Que diriez-vous à une femme qui hésite à voyager seule à Dubaï ?”

N : “Je lui dirais qu'il ne faut surtout pas qu’elle hésite à voyager pour des raisons de sécurité, je crois même que dans les Emirats, Abu Dhabi a récemment été classée la ville la plus sûre du monde. 

Après si c’est pour des questions d’idéologie, d’accord il y a plein d’endroits où on ne va pas.”

A : “Et si on sort de Dubaï pour aller vers les Emirats ? Est-ce toujours aussi sécurisé ?”

N : “Oui, c’est toujours aussi sécurisé partout. Aux Emirats c’est le même principe pour tout le monde celui qui fait une bêtise il passe par la case prison directement avant d’être expulsé. Les lois sont claires et appliquées, le principe de la garde à vue n'existe pas à Dubaï.
Concernant la sécurité, il y a vraiment des vigiles partout et c'est seulement ceux qu’on voit. La police se promène aussi incognito.”

A : “Alors finalement, vous considérez-vous en sécurité en tant que femme à Dubaï ?”

N : “Aucun problème en tant que femme. Dans les hôpitaux on a du personnel compétent, je sais pas de quoi je pourrais avoir besoin d’autre. Enfin, s’il n’y pas d’insécurité pour les enfants (ce qui est le cas ici) il n’y a pas d’insécurité pour les femmes. 

Sincèrement j’ai eu et j’ai encore des activités qui seraient à risque en France, rentrer en mini jupe en taxi après une soirée, courir quand il fait nuit noire ou encore laisser mon sac sur mon caddie dans un magasin et partir dans un autre rayon.

Pareil quand on sort de l'aéroport tout est organisé, on suit le panneau taxi et il nous emmène à destination, c’est d’une simplicité et si sécurisé, il suffit de connaître l’adresse.”

A : ”Un dernier mot sur Dubaï ?”

N : ”Dubaï c’est dingue, c’est génial. Je dirais aussi que si quelqu’un hésite à voyager à Dubaï et que c’est une adhérente à La Voyageuse il ne faut pas qu’elle se pose de questions parce qu’à Dubaï je peux la recevoir et ça va être une expérience incroyable.”

IMG-20210208-WA0015.jpg


<h2>Un œil nouveau sur Dubaï ?</h2>

Le point de vue de Nadège m'a permis d'élargir mon champ de vision quant à cette destination dont on entend tant parler. 

Mais il existe certainement bien d’autres opinions, peut-être ne sont-elles pas les mêmes. 
Qu’en est-il d’une femme locale, née à Dubaï et vivant là-bas depuis toujours ? Partage-t-elle cette vision de la ville super sécurisée et magnifique ? Possède-t-elle les mêmes droits qu’une expatriée ?

On peut se questionner quand on lit certains articles d’Amnesty International sur les droits aux Emirats Arabes Unis

Toutes ces interrogations restent en suspens pour ma part. Après mon improbable voyage entre copines en Bulgarie qui a lui aussi défié mes préjugés, peut-être devrais-je simplement aller vérifier par moi-même en m'organisant un petit séjour aux Emirats Arabes Unis ! 

Et vous, avez-vous un pays ou une ville que vous pensez connaître mais que vous n’avez pourtant jamais visité ? 

MODE DE VIE| CULTURE LOCALE| PORTRAIT & RENCONTRES
Vous aimez cet article ? Partagez le :

Articles de la même autrice

Articles suggérés

Retour au blog