COVID-19 : Annonce importante, en savoir plus
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
INSPIRATION

J'ai testé La Voyageuse, voici mon avis.

article-photo-341
profile-photo-19380

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Vous aimez cet article ? Partagez le :

Vous souvenez-vous de la dernière fois où vous avez fait quelque chose pour la première fois ?

Bien sûr, avec le confinement, rien n'est simple, et nos élans autrefois évidents sont aujourd'hui coupés en plein vol. Pourtant, il y a les voyages immobiles. Lire, contempler un arbre, marcher, écrire, jardiner, cuisiner, faire l’amour et écouter pousser nos cheveux sont autant de possibilités d'évasion.

Comme vous, je m'adapte. Seulement voilà, je suis une voyageuse dans l'âme, ma vie est faite de curiosités insatiables vers l'autre, vers l'ailleurs, vers l'inconnu.

Proche ou loin, en voiture ou en avion, il arrive un moment où plus rien ne me suffit : j'ai besoin de prendre la route, de descendre un fleuve, de ne pas savoir ou je vais, de dormir dans un aéroport, de ne plus contrôler ma vie avec mon travail, mes horaires, ma vie familiale, mes responsabilités, ma charge mentale, mais de laisser jouer le hasard. Bref, de me sentir vivante.

<h2>Le site internet La Voyageuse, mon avis.</h2>
Internet est un outil fabuleux, pour le meilleur et pour le pire. Depuis quelques temps, je furetais un peu pour voir si un site existait pour les femmes qui voyagent. Je vis au Québec depuis 20 ans, à Montréal plus précisément. En découvrant La Voyageuse, j'ai eu la sensation d'avoir trouvé une partie de ce que je cherchais. Le monde doit devenir plus serein et sécuritaire pour les femmes, et voyager est toujours un risque.

A mon avis, nous ne vivons pas dans un conte de fées, les mauvais souvenirs sont aussi une réalité de mes voyages. Il y a des pays ou je ne peux pas aller, parce qu'il est trop dangereux pour une femme seule de s'y aventurer. Et pourtant, plus les femmes voyageront en solitaire, plus nous pourrons prendre possession de notre monde, de nos libertés et de notre force.

Voyager solo.png


<h2>T pour Tiffa. </h2>
Poussée par le besoin de sentir le vent, les marées et l'iode, j'ai cherché sur la carte des hébergeuses dans le bas du fleuve Saint-Laurent. Pour celles qui ne connaissent pas ce grand pays dans lequel je vis, le Saint-Laurent est un fleuve gigantesque de 1200 kms de long et qui fait jusqu'à 300 kms de largeur dans le golfe...

Bref, c'est une mer. Exactement là où je souhaitais aller, j'ai vu un petit T, sur la carte : T pour Tiffa. 

En découvrant son profil, j'ai tout de suite aimé le ton et ce qui s'en dégageait. Je lui ai donc écrit et nous avons commencé à correspondre. Avec son amoureux et leurs enfants, ils m'attendaient avec joie. J'ai donc fait mon sac, et j'ai pris la route du fleuve, que j'ai descendu doucement, avec des arrêts pour me vider la tête et me remplir le cœur, les poumons et le reste.


<h2>La magie de la rencontre.</h2>
 
IMG_2502.jpg
 
Nous avons passé deux jours ensemble. Ce fût une magnifique rencontre, faite de partages, de rire, de confiance, de gratitude. Dans leur grande générosité, ils m’ont laissé passer un après-midi avec leurs enfants pour aller jouer au parc national du Bic. 

Nous avons cherché les phoques, ramassé des coquillages et des moules, interpellé un renard imaginaire et nous sommes revenus à la maison trempés, épuisés et heureux ! 
Moi qui partais avec l’idée de faire l’éloge de la lenteur, mon désir a été exaucé !

Nous avons parcouru les 500 mètres de plage en deux heures puisqu’à chaque pas, ces deux magnifiques enfants trouvaient des trésors dans le sable. Regarder l’infiniment petit, le paysage et l’horizon à travers leurs yeux a été un moment magique que je n’attendais pas. 

Et lorsque, fatigués, nous nous sommes allongés tous les trois au soleil frileux de ce début de printemps, nous avons fermé les yeux, nous nous sommes collés serrés et dans un soupir de bonheur, la petite Isis a alors murmuré : On est vraiment bien…Oui Isis, tu avais raison. Nous étions au paradis.


<h2>Le don de soi.</h2>
Et c’est lors de notre dernière soirée ensemble que Tiffanie et Lionel m’ont offert un cadeau précieux : Lui est sonothérapeute, et elle pratique le reiki.

Je suis arrivée chez eux fatiguée de mon métier que j’adore mais qui est exigeant. J’ai, comme tout le monde, des choses à régler et des nœuds à dénouer. Ils m’ont invité à laisser, ou plutôt à déposer là, durant cette séance, ce qui me pèse le plus. J’ai pu sentir le don, l’attention et la qualité de leurs présences durant cette session. Ils ont eux aussi un grand projet de voyage. 

Je leur souhaite de rencontrer des gens qui les entoureront de bonté et qui sauront les envelopper de chaleur et de sécurité. Je suis partie le lendemain matin après une nuit de sommeil profond et c’est légère comme une plume que j’ai pris le chemin du retour vers chez moi, pour retrouver mon fils, mon enfant soleil.
  
Je sais que nous allons nous revoir, et que nous allons nous suivre dans nos projets respectifs. 

Alors mon avis sur ma première expérience sur ce site ? Sans quitter mon pays d'adoption, je suis partie en voyage et grâce à l'impulsion de La Voyageuse, j'ai pu me sentir exactement au bon endroit et au bon moment. 

Je vais continuer à aller à la rencontre des femmes, et à partager nos réalités afin de s'en nourrir. Mais pour ce faire, il faut se savoir en confiance et en sécurité. Et c'est ce que j'ai senti dans ce voyage imprévu, dans cette belle surprise de l'union possible entre les voyageuses de ce monde.

AVENTURE| PORTRAIT & RENCONTRES| VOYAGE
Vous aimez cet article ? Partagez le :

Articles suggérés

Retour au blog