CONSEILS & ASTUCES

Comment voyager seule quand on est une femme

article-photo-163
profile-photo-18943

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Vous aimez cet article ? Partagez le :

Eh bien, comment faire un gâteau aux carottes ? 

Des œufs, des carottes… Si seulement voyager seule quand on est une femme était aussi simple qu’une bonne recette. 

La liste d’ingrédients préétablie n’existe pour ainsi dire pas, car le voyage solo idéal dépend uniquement de vous. 

Toutefois, je peux répondre à vos interrogations afin d’alléger votre projet du poids de vos (innombrables) inquiétudes. 

J'espère qu'à la fin de cet article, vous n'aurez plus qu'une hâte : devenir une voyageuse solo !

Voici ce que vous trouverez dans cet article : 
I - Voyager seule, c’est dangereux ?
II - J’ai peur de l’inconnu, je ne sais pas à quoi m’attendre.
III - J’ai peur de ne pas être très débrouillarde et d’être trop dépendante des autres.
IV - Les jugements des autres me découragent.
V- Et si… ?

3 (2).png

<h2> 1. Voyager seule quand on est une femme, je veux bien mais... C’est dangereux, non ?</h2>
Voyager seule quand on est une femme
Voyager seule quand on est une femme
On a déjà entendu cette phrase de la bouche de nos proches, voire de la nôtre, mais comme disait mon père :

“La vie elle-même est dangereuse, mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter de respirer.”

Le risque n’était pas une raison d’abandonner, il suffit de s’organiser et de s’avoir par où commencer. J’ai moi-même suivi quelques astuces avant de me lancer.

  • Une étape après l'autre

Voici mon premier conseil : commencez petit, afin de vous rassurer par étapes. Voyager seule ne signifie pas nécessairement partir à l’autre bout du monde pour six mois (même s'il existe une destination idéale où partir seule selon votre profil) : vous pouvez tout à fait décider de séjourner dans la bourgade voisine pour le weekend. 

Cela vous permettra de réaliser un premier pas, de vous jeter à l’eau pour apprendre progressivement à nager sans commencer par un océan.

  • Dormir chez une hébergeuse de confiance 

Un autre moyen de minimiser les risques, c’est de partager le quotidien d’un habitant, qui connaît sa destination, les quartiers à éviter, les choses à ne pas faire.

Quoi de mieux que de dormir chez l’habitant, pour profiter d’un toit familier et d’une présence rassurante ?

Dormir chez l'habitant
Dormir chez l'habitant

Il existe différents supports pour trouver des foyers prêts à vous héberger : à chacune son moyen de couchsurfing préféré.

Parmi eux, La Voyageuse propose justement de mettre en relation les voyageuses solo avec une hébergeuse locale prête à l’accueillir gratuitement. 
Une initiative sécurisante pour partager un foyer chaleureux. 

  • Prévoir un planning 

Attention, je vous conseille de déterminer votre profil de baroudeuse pour savoir si cette astuce vous convient !

Vous pouvez décider de tout organiser en amont afin de limiter au maximum les imprévus. 

Avoir un planning strict et ordonné permet d’éviter les mésaventures, les rencontres fortuites, les changements de dernière minute : pas de place à l’improvisation. 

Pour certaines, il est effectivement rassurant d’avoir ce cadre prédéfini qui structure le voyage et assure un itinéraire lisse. Pas de dangers : si vous suivez le train, vous aurez peu de chance de dérailler.

Voyager seule quand on est une femme présente ainsi plusieurs dangers, c’est un fait. Mais c’est l’occasion pour vous de prouver que le monde n’est pas si menaçant qu’on nous le raconte et que les femmes peuvent voyager fièrement sans crainte. 

Pourquoi ne pas offrir un foyer accueillant à l'une de ces super voyageuses?

Recevez chez vous une voyageuse solo.png


De quoi participer vous aussi à l'émancipation des femmes.


<h2>2. J’ai peur de l’inconnu, après tout, je ne sais pas à quoi m’attendre...</h2>
Saviez-vous à quoi vous attendre avant de vous marier, avant de déménager ou avant de changer d’entreprise ?

J’ignore de quoi votre vie a été faite, en revanche, je suis certaine que vous avez déjà au moins une fois affronté une situation nouvelle à laquelle vous n’étiez pas préparée. 
Ces imprévus du quotidien, les aléas de la vie qui vous tombent dessus à l’improviste et que vous devez apprendre à gérer…

Ce que j’essaie de vous faire comprendre ici, c’est que méconnu n’est pas insurmontable.

Il y a d'ailleurs 6 imprévus assez courants qu'on peut facilement anticiper quand on part globe trotter.

Mais ce n’est pas tout, pendant mes préparatifs, une amie m’avait donné deux précieux conseils que je ne peux que vous partager. 

  • Lire des guides de voyage

Vous avez à votre disposition de nombreux guides très complets pour vous présenter la destination, ce qu’il y a à voir, à faire, à goûter… 
Lonely Planet, le Guide du Routard, le Guide Michelin, ces livres de voyage sont très complets et permettent d’aborder votre futur voyage avant même de vous lancer. 

Une belle façon de rencontrer l’inconnu, de le détailler et de le rendre progressivement familier.

  • Blog et vlogs, des amis de l'organisation

A l’ère d’internet, il est d’autant plus facile d’accéder à des informations sur sa destination.

D’innombrables articles de blogs foisonnent, avec parfois même des histoires de voyages entre copines qui ont pris une étonnante tournure... Partir seule ou entre copines de voyage, c'est totalement différent !

Les vlogs sont des vidéos présentant différents voyages, et permettent également une première immersion dans la destination qu’on a choisie. 

Autant de ressources pour mieux visualiser le voyage qui vous attend. 

Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas à quoi vous attendre… 


<h2>3. J’ai peur de ne pas être très débrouillarde et d’être trop dépendante des autres</h2>
Il s’agit d’une appréhension que nous sommes nombreuses à partager. 

C’est même ce que j’ai longtemps pensé moi aussi. Mais je vais vous dire : si vous êtes capable de réfléchir par vous-même alors enfin de compte, vous n’avez besoin de personne. 
C’est ce que mes voyages m’ont enseigné.

  • Les autres sont-ils réellement indispensables ?

Pourquoi est-ce que vous auriez besoin des autres pour voyager seule ? 
Quand on se penche sur un voyage, même en étant une femme solo, on s’aperçoit qu’en réalité, les activités quotidiennes n’ont rien d’extraordinaires comparées à votre routine personnelle. 
Il s’agit également de prendre le bon bus le matin, de descendre au bon arrêt, d’emprunter la bonne rue. 

Le voyage est effectivement aussi simple que votre quotidien : ce qui le rend extraordinaire, c’est ce que vous en faites.

Partir à la rencontre des habitants, explorer des ruelles méconnues à la manière d’une aventurière, goûter des spécialités locales savoureuses (et tomber parfois sur de moins bonnes surprises gustatives, comme les omelettes aux huîtres taïwanaises)...

Mais pour tout cela, vous n’avez également besoin de personne. Si vous n'êtes toujours pas convaincue, pourquoi ne pas vérifier quel serait votre compagnon de voyage idéal ?

  • Compter sur les habitants locaux

De toute manière, où que vous alliez, vous ne serez jamais complètement seule, même en voyageant solo. Les habitants, les restaurateurs, les artisans sont là eux aussi, et vous pouvez tout à fait compter sur leur aide en cas de nécessité. 

Je me rappelle de mon voyage au Vietnam où je suis tombée suffisamment malade pour faire une petite crise d’hypoglycémie en pleine rue. 
J’étais avec ma famille, mais même en étant bien entourée, une jeune Vietnamienne s’est précipitée vers moi pour me demander comment j’allais et si j’avais besoin de son aide. 

Tout s’est arrangé pour ma part : j’ai mangé une délicieuse tranche d’ananas bien sucrée et j’étais à nouveau sur pied. Je suis certaine que pour vous aussi, tout se passera bien. 

Vous n’aurez peut-être pas d’ananas frais à disposition (ou d’omelettes aux huîtres, quel dommage !), mais vous tomberez au moins sur une personne bien intentionnée pour vous venir en aide en cas de besoin. 

On insiste souvent bien trop sur les dangers que représentent certains individus, mais on oublie ainsi de rappeler que la plupart des personnes sont profondément bienveillantes. 

Voyager seule permet de rencontrer de belles personnalités en cours de route : même en n’étant pas très débrouillarde, vous saurez trouver une main tendue.

  • La débrouillardise s'apprend

Enfin, être autonome est une qualité qui peut s’apprendre. 

Vous pouvez tout à fait vous challenger au quotidien pour apprendre peu à peu à vous débrouiller par vous-même. 

Par exemple, vous pouvez programmer une excursion d’une journée dans une ville que vous ne connaissez pas : vous développerez des réflexes utiles pour vos voyages solo à venir.

Voyager seule quand on est une femme, c’est finalement prouver qu’on est capable de tout et sans personne. 

Devenez une voyageuse solo (3).png


<h2>4. Les jugements des autres me découragent</h2>
L’enfer c’est les autres, n’est-ce pas ?

Votre famille, vos amis, vos collègues sont peut-être réticents à l’idée de vous savoir voyager seule. 

Avez-vous déjà remarqué qu’en revanche, ces appréhensions atteignent moins souvent un voyageur solo ? 

Quand un homme décide de voyager seul, on l’encourage, mais voilà que lorsque vous parlez de votre désir de devenir une voyageuse solo, on émet un peu plus de réserves. 

Bien sûr, nous l’avons déjà abordé : en tant que femmes, nous courons un peu plus de risques. 
Mais tant que vous êtes déterminée, que vous avez envie de partir, que vous vous sentez prête, il n’y a pas de raison que l’avis d’autrui représente un frein fondamental. 

Au contraire : prouvez-leur qu’ils ont tort, et que nous en sommes toutes capables. Et ça commence par une simple étape.

  • Discuter avec ses proches 

Rassurez votre entourage.
Parlez-leur de votre raison qui vous pousse vers les voyages solo.
Montrez-leur que vous avez mûrement réfléchi à votre idée, que vous avez déjà programmé une partie de votre voyage, que vous êtes en courant des risques. 
Vous n’allez certainement pas les convaincre en quelques phrases, mais présenter un projet déjà préconstruit permet de concrétiser votre rêve et de témoigner de votre motivation. 

Non, ce n’est pas une crise de folie - vous êtes parfaitement consciencieuse et vous savez ce qu’implique de voyager seule en tant que femme. 

  • Leur proposer de mettre la main à la pâte 

Pour les rassurer davantage, vous pouvez également leur proposer de participer avec vous à la construction de votre itinéraire. 

Ils peuvent vous aider à trouver un logement, une activité à faire, un bon restaurant à tester… Ils verront alors que tout est parfaitement réfléchi de votre part, et se prêteront même au jeu de concevoir le meilleur voyage possible pour vous. 

La crainte des proches est souvent de nous laisser partir vers l’inconnu ; s’ils s’aperçoivent que celui-ci n’est pas si incertain, ils pourront plus aisément lâcher prise sur leur angoisse.

Au cours de votre voyage, vous pouvez également songer à envoyer quelques photos à vos proches. Ils seront peut-être toujours inquiets de vous savoir seule, mais ils auront le réconfort de vous savoir heureuse. 

Et puis, si vous pouvez en profiter pour les rendre un peu jaloux… Après tout, vous leur envoyez ainsi la preuve que vous passez un excellent moment en dépit de leurs critiques ! 

En fin de compte, nous sommes tout le temps exposées aux jugements des autres, mais il n’incombe qu’à nous-mêmes de prendre la décision finale. 

Quelle sera la vôtre ?


<h2>5. Et si… ?</h2>
Ne pas toujours imaginer le pire
Ne pas toujours imaginer le pire
... On mettait Paris en bouteille ?

Voilà une sacrée problématique.

Plus sérieusement, je suis certaine qu’à ce stade de votre lecture, bien d’autres interrogations fusent : “Mais s’il m’arrive ceci, si je dois me heurter à cela…” Et c’est tout à fait normal.
Je ne connais pas une seule voyageuse solo qui n’a jamais eu peur avant de se lancer.

Voyager seule, surtout quand on est une femme, représente une aventure particulièrement excitante, surtout s’il s’agit d’un premier voyage solo ; et vous trouverez ici les conseils pratiques pour organiser votre premier voyage solo.

Je vais vous poser une question à mon tour : et si vous désacralisiez votre voyage ?

C’est en se figurant une montagne qu’on prend peur de la gravir. 

Envisagez plutôt cette opportunité comme des vacances agréables, à votre portée, qui vous apporteront de beaux souvenirs. 

Une fois de plus, je ne néglige pas les risques inhérents aux voyages seules en tant que femme. 
J’ai bien conscience que les risques sont accrus pour nous et que nos interrogations, peurs et doutes, sont parfaitement légitimes. 

Mais c’est en dépassant la peur du risque que vous vous ferez également ce qui seront les meilleurs souvenirs de votre vie. 

Alors prête à voyager solo ?

AVENTURE| MODE DE VIE| VOYAGE
Vous aimez cet article ? Partagez le :

Articles de la même autrice

Articles suggérés

Retour au blog