COVID-19 : Annonce importante, en savoir plus
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
CONSEILS & ASTUCES

Voyager entre copines : entre mythes et réalités

article-photo-230
profile-photo-18943

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Vous aimez cet article ? Partagez le :

Je me souviens du jour où Laura m’a proposé de voyager entre copines.

C’était il y a quelques années déjà. Étudiantes fauchées mais soudées, on était un petit groupe de quatre filles et on avait envie de partir à la découverte du monde.

Alors Laura, une grande tête-brûlée qui a soif d’aventure, a eu cette idée et sans trop réfléchir, on a décidé de la suivre. 
Et c’est ainsi qu’on s’est retrouvé à Londres pour une semaine de folie. 

Ça donne envie, raconté comme ça, n’est-ce pas ? 
Et bien, si je vous disais qu’en réalité, les choses ne sont pas si simples ? 
Par exemple, Laura n’a pas bougé son petit doigt pour trouver notre hébergement et Caroline râlait à chaque restaurant parce que la nourriture n’était pas à son goût… 

Je me suis aperçue que ce voyage, dont je garde quand même de très bons souvenirs, n’était pas aussi rose que je l’avais imaginé.

Bon, mon voyage n’était pas aussi surprenant que celui d’Amélie en Bulgarie, mais je dois dire que j’ai un peu été un peu déçue du comportement de mes amies qui ont rendu ce séjour un peu moins excitant que je ne l’espérais.

La bonne nouvelle, c’est que ça m’a ouvert les yeux sur ce que ça impliquait de voyager entre copines : entre mythes et réalités, il y a bien des dissonances entre l’image qu’on en a et les faits une fois sur place.

J’ai donc décidé de vous partager ma réalité sur le sujet. 
Peut-être reconnaîtrez-vous certaines de vos propres expériences...


<h2>Mythe numéro 1 : Voyager entre copines facilite les préparatifs</h2>
three-girlfriends-planning-their-vacation-sitting-at-table-around-map-choosing-the-destination.jpg
Alors celle-là, c’est une sacrée idée reçue. 

Il faut dire qu’elle part d’une logique, a priori, infaillible : plus on est, plus on peut se répartir les tâches, plus on peut être efficace pour organiser son voyage.
C’est vrai que dans un monde idéal, c’est comme ça que ça fonctionne. 

Seulement voilà, à force de travailler en groupe, on s’aperçoit que la vie est loin d’être un film Disney et qu’il y en a toujours qui font moins que les autres en profitant de leur dévotion.

Réalité : 


Je peux vous assurer que voyager entre copines, c’est la même chose. 
Il y en a toujours une qui fait moins que les autres, qui va peut-être même disparaître discrètement pendant tous les préparatifs et qui va revenir seulement pour embarquer dans l’avion.

Alors certes, on n’a pas besoin d’être dix pour trouver des destinations comparer les différents moyens de couchsurfing. Mais quand on se retrouve seule à chercher différents prix, différents moyens de transport, différentes solutions, je peux vous assurer que l’organisation du voyage prend une tournure professionnelle inenvisagée. 

Ah oui, plus rien à voir avec des vacances entre filles : vous voilà soudainement à jouer aux agents de voyage face à des clients exigeants.
Parce qu’en plus, il arrive que ces mêmes copines qui ne vous aident pas jouent aux fines bouche face à vos différentes suggestions.

Il y a de quoi vouloir tout plaquer pour voyager seule. Partir seule VS avec des copines de voyage… C’est tout un réel débat qui mérite réflexion.

De toute manière, quitte à tout organiser seule… Autant en profiter solo. 

Devenez une voyageuse solo (4).png


<h2>Mythe numéro 2 : Vivre une aventure humaine unique</h2>
women-friends-sitting-on-the-roof-of-the-van-traveling-road-trip (1).jpg
Bon, d’abord, le terme “aventure humaine” j’ai bien envie qu’on me l’explique... On l’utilise à tort et à travers et ça finit par perdre son sens.

Non parce que le coup du “tu verras, voyager avec tes amies, c’est une réelle aventure humaine”, ça veut dire quoi au juste ? 

Si ça signifie rester uniquement entre copines, discuter entre vous et ne jamais vous ouvrir aux autres alors oui, dans un sens, vous allez vivre une aventure humaine unique et exclusive.

Réalité : 


En revanche, si comme moi, vous pensez que c’est plutôt partir à la rencontre du pays que vous visitez, vous ouvrir à des traditions locales, vous enrichir de vos découvertes et apprendre de cet environnement nouveau pour votre avenir, alors je crois qu’on est sur un nouveau mythe.

Il faut dire que quand on part entre amies, on a tendance à rester entre nous : on dort à l’hôtel, on va au restaurant, on papote en faisant des visites… Et c’est tout.

Camille, une amie, m’a partagé une anecdote que je trouve très représentative. “Je suis partie un jour avec deux super copines en Espagne. On avait trop hâte de profiter de ce pays : on bredouille toutes quelques mots d’espagnol et on se voyait déjà partager des soirées avec des locaux, faire des connaissances et nous amuser jusqu’au bout de la nuit. Alors qu’en fin de compte, on a passé nos journées à la piscine de l’hôtel avant d’aller au restaurant puis au bar… Mais on restait entre nous, on ne s’est jamais ouvertes aux autres. 

Je me rappelle que le troisième soir, une fille s’est approchée de nous, curieuse de nous entendre parler français… Et en fin de compte, on était tellement prise par nos conversations qu’on n’a pas fait l’effort de traduire nos histoires et elle est partie. 

Du coup, je n’ai pas découvert grand-chose de l’Espagne : à part des tapas, quelques rues de Valencia et plusieurs verres de vin local. C’est mon grand regret, alors que sur le coup, je n’ai pas eu l’impression de rater grand chose.”

Alors que quand on voyage solo, on prend le temps de découvrir la destination, de la savourer et d’immerger, surtout si on choisit de dormir chez l’habitant qui est la voie d’accès à de belles rencontres.

Rencontrez nos hébergeuses solidaires.png

Il existe bien des raisons de partir en vacances solo et si vous êtes à la recherche d’une réelle aventure humaine, alors c’est certainement le meilleur moyen.

Si vous préférez quand même partir avec vos amies, alors je ne peux que vous conseiller de rester les plus ouvertes possibles : ça demande un petit effort mais résister à l’appel du groupe vous ouvrira bien des portes. 


<h2>Mythe numéro 3 : Rire à n’en plus finir</h2>
portrait-of-three-young-female-friends-laughing-together.jpg
Personnellement, c’est cette affirmation qui me fait sourire.

Nombreuses sont celles à avoir cette image en tête : un groupe de copines très soudées qui, au cours d’un voyage lointain, partage d’innombrables fou-rires et d’instants de complicité.

Ce n’est pas faux : voyager entre copines, ça apporte bien des surprises, souvent risibles. Mais ce à quoi on ne pense pas, c’est aux tensions et aux disputes qui peuvent également émerger.

Réalité : 


En fait, tout n’est pas toujours drôle, ou en tout cas, vous ne serez pas systématiquement d’accord. Ce n’est pas parce que vous avez envie de partir en randonnée que Chloé aura envie de vous accompagner : si elle préfère passer sa journée à faire du kayak, comment allez-vous vous mettre d’accord ?

C’est ce que je reproche à ce mythe : ce n’est pas parce qu’on voyage entre copines qu’on va toujours vouloir les mêmes choses, au contraire.
Partir en vacances, c'est une réelle déconnexion de son quotidien, un moment rare dont on a envie de profiter comme on l’entend. Mais à plusieurs, il faut faire des sacrifices, renoncer à certaines activités, ou même tout simplement prendre sur soi quand on est contrarié pour garder une bonne ambiance de groupe.

Vous allez vivre avec vos amies, pendant ces quelques jours ou semaines de voyage : or on n’est pas habituée à cela et on se heurte, nécessairement, à des moments d’incompréhension ou de décalage.

Ca peut paraître idiot, mais je vous assure que sur le long-terme, ça pèse. 
Par exemple, je suis une lève-tard (c’est comme ça, j’entretiens un rapport fusionnel avec mon lit) : Laura pour sa part était lève-tôt et ç’a été une véritable source de conflits.
Je préfère me lever plus tard mais profiter pleinement jusqu’au début de la nuit mais elle favorise la matinée et un coucher tôt. 
On a dû s’acclimater l’une à l’autre mais en fin de compte, ni elle, ni moi, n’avons réussi à nous entendre et nous avons donc connu une certaine frustration pendant toute la durée du voyage.

Alors, avant de rire jaune pendant votre voyage entre copines, pensez-y et parlez-en avec vos amies pour mieux organiser votre planning. 

Il est temps d’avouer votre relation passionnelle avec votre lit à toutes !


<h2>Mythe numéro 4 : Ressouder des liens forts et indestructibles</h2>
two-girlfriends-travelers-are-proud-of-themselves-and-gave-each-other-high-five.jpg
Il s’agit certainement du point le plus discutable.
D’un côté, il est évident qu’une expérience du genre va vous rapprocher : vous partagerez des souvenirs communs, des anecdotes hilarantes ou parfois émouvantes. 

Voyager, même si c’est à côté de chez soi, même si c’est bref, apporte toujours quelque chose et on apprend énormément de ce qu’on a vécu.

Partager ça avec des amies, c’est très enrichissant et ça rapproche. 
Ça me rappelle mon weekend improvisé avec mon amie Finlandaise, que j’ai rencontrée à l’occasion d’un voyage solo. Nous sommes parties sur un coup de tête à Rome : deux jours brefs, mais intenses, qui nous ont soudées à vie pour toutes les péripéties qui nous sont arrivées… 

Réalité : 


Seulement voilà (vous l’aviez vu venir ce “mais”, n’est-ce pas ?) : il arrive parfois qu’à l’inverse, un voyage sépare ou, d’une manière moins extrême, mette en lumière des différences entre vos amies et vous. Et oui, nous ne sommes pas toutes faites pour être accompagnées au cours de nos vacances.

Je me souviens à ce sujet d’un soir à Londres : tout s’était (relativement) bien passé jusqu’à une simple histoire de pizza… 
Nous étions trois à vouloir manger dans un restaurant mais Caroline en a préféré un autre. Cette simple anecdote s’est transformée en réel sujet de tensions : elle ne voulait en aucun cas manger au restaurant que nous avions choisi, à tel point que nous avons dû diviser notre groupe pour la contenter…

Un caprice ridicule, je vous l’accorde, mais qui a clairement fait une rupture dans notre dynamique de départ. Les tensions, quand on voyage entre amies, arrivent souvent à l’improviste sur un sujet inattendu… Et vos liens, au lieu de se souder, se retrouvent parfois, au contraire, un peu ébranlés.

On dit bien que dans le couple, la communication est la clé : entre amies aussi. Alors n’hésitez pas à discuter ouvertement avec vos copines, avant qu’une pizza ne se mette en travers de votre chemin.


<h2>Mythe numéro 5 : Bâtir les meilleurs souvenirs de votre vie</h2>
female-travelers-against-beautiful-mountains (1).jpg

Vrai… Mais faux à la fois.

En fait, tout dépend de ce qui est “meilleur” pour vous.

Voyager entre copines est une source intarissable de souvenirs pour tout ce que vous allez partager : rires, confidences, aventures… Le genre d’anecdotes que vous allez vous remémorer en souriant en vous disant que vous avez vraiment vécu un voyage mémorable.

J’ai fait un road trip en scooter avec l’une de mes meilleures amies et pour toutes les galères qu’on a traversées, je peux vous assurer que ce voyage a constitué un souvenir hilarant qu’il me plaît de partager. 

Dès que je revois cette copine, on est obligé de passer par une petite phase nostalgique où on se rappelle ce jour de pluie battante où le pneu a crevé… Ou la fois où on a roulé trois heures dans le mauvais sens. 
On se disait bien que c’était bizarre d’approcher des montagnes alors qu’on cherchait la mer !

Réalité : 


Mais, comme vous l’avez certainement compris, j’ai eu la chance de faire également de nombreux voyages en solo et les souvenirs que j’en retire sont particuliers.

Ils ne sont peut-être pas aussi drôles ou aussi absurdes que ceux que j’ai pu partager avec mes copines : mais ce sont les meilleurs que j’aie, car ce sont grâce à ces expériences que je me suis construite. 

En fait, mes souvenirs de voyage solo sont les motivations qui me guident au quotidien : quand j’affronte une difficulté, je me dis que j’ai quand même été capable de partir en Italie à 16 ans quand je ne parlais pas un mot d’italien. 
Quand je me trouve inefficace, ou paralysée par l’inertie, je me rappelle que je suis allée en Allemagne et que j’ai su me débrouiller à tel point que j’y ai fait les plus belles rencontres de ma vie.

Je pourrais vous citer encore bien d’autres exemples de ce que m’ont apporté mes voyages solo, mais tout est déjà expliqué dans les 5 raisons qui poussent au voyage solo.

Les mythes ont la peau dure : difficile de déconstruire une représentation que l’on a.

Pourtant, il s’agit d’un processus important car il permet de prendre conscience de la réalité qui nous attend… Et nous éviter bien des désillusions.

Je ne dis pas que voyager entre copines vous apportera des problèmes et des déceptions, au contraire, certains voyages peuvent être incroyables si vous faites attention à tous ces petits points.
J’insiste seulement sur le fait qu’il ne faut pas trop rêver : voyager entre copines peut être une expérience géniale qu’un rien suffit à perturber.

J’aurais aimé penser à tout ça quand Laura m’a proposé ce voyage entre amies : j’aurais su comment lisser les quelques problèmes que nous avons rencontrés pour profiter au mieux de cette excursion londonienne.

Mais comme c’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en voyageant qu’on devient une véritable baroudeuse. 

MODE DE VIE| VOYAGE
Vous aimez cet article ? Partagez le :

Articles de la même autrice

Articles suggérés

Retour au blog