COVID-19 : Annonce importante, en savoir plus
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
INSPIRATION

Pourquoi créer un couchsurfing sécurisé pour les femmes ?

article-photo-173
profile-photo-18943

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Littéralement, “naviguer sur le canapé”. 

Pas très parlant, n’est-ce pas ? 

Pourtant, couchsurfing est aujourd’hui une référence dans le monde du tourisme et pour cause : il permet depuis 2004 à des millions d’utilisateurs de dormir gratuitement chez l’habitant. Il suffit pour l’hôte d’avoir une chambre d’amis ou même un sofa et le tour est joué : on peut loger chez lui et intégrer son quotidien comme si on était, nous aussi, un habitant local. Tel un véritable “navigateur” qui, à défaut de découvrir un nouveau continent, rencontre un canapé… Lui permettant une immersion complète dans la destination de son choix. 

Christophe Colomb n’a qu’à bien se tenir : vous voilà parée pour mille et une aventures à moindre coût à la rencontre de la population locale.

… Mais voilà, comme partout, il y a la théorie et il y a la pratique.
Si le principe de couchsurfing est donc génial, il existe ainsi une dissonance entre ce qu’on y propose et ce qu’il s’y passe. Vous allez bien pouvoir naviguer chez les habitants à la recherche de belles rencontres ; mais attention aux moins bonnes surprises.

Les témoignages d’utilisateurs, et souvent des utilisatrices, ayant eu affaire à des hôtes plus ou moins bien intentionnés, fusent sur le net et pour cause : couchsurfing n’est pas une plateforme très sécurisée pour les femmes. Il vous suffit de lire le récit de Sylvie, qui est partie à Budapest, pour comprendre que des dérives existent et peuvent parfois gâcher le voyage. 

Et alors, en tant que femme, on ne peut pas être une exploratrice au même titre que les hommes, à cause des risques supplémentaires que nous encontrons ?

C’était la question que se posait Christina, une Taïwanaise passionnée par les voyages solo ; interrogation qui a finalement trouvé une réponse lorsqu’elle a décidé, en juillet 2019, de fonder La Voyageuse, une plateforme de couchsurfing sécurisée pour les femmes.

https://www.la-voyageuse.com/voyager-seule

Puisque je suppose que  vous vous demander en quoi consiste précisément cette initiative, je vous propose d’embarquer avec moi pour naviguer ensemble sur les principes de La Voyageuse. 


<h2>1. Un couchsurfing sécurisé pour les femmes : est-ce vraiment nécessaire ?</h2>

Ah, être une femme en 2020… On a la chance d’être nées à une époque où nous avons le droit de vote, la dépénalisation de l’avortement, l’accès aux études supérieures.
Mais nous sommes toujours soumises à davantage de dangers que les hommes, par crainte d’agression physique, sexuelle, morale. La Voyageuse a enquêté et les chiffres parlent d’eux-mêmes : 81% des femmes estiment que l’insécurité est un obstacle majeur pour voyager seule.

Et ce sentiment est justifié. On ne sait jamais sur qui on va tomber, d’autant plus lorsqu’on a le projet de dormir chez l’habitant. Les plateformes comme couchsurfing ne sont à ce jour pas assez sécurisées pour supprimer tous les risques. Christina le sait très bien : elle et son entourage (d’autres voyageuses solo comme elle) ont fait face à plusieurs situations délicates, notamment à cause des excès de certains hôtes sur couchsurfing qui ont confondu la plateforme avec un site de rencontres. 

Elle me raconte. “J’utilisais beaucoup couchsurfing quand j’étais plus jeune et je n’ai eu que de très belles expériences, jusqu’à mon voyage en Italie. J’ai réservé une nuit près de Rome et je me suis rapidement rendue compte que le profil de mon hôte était faux :  il n’avait rien à voir avec ce que j’avais lu. Il n’habitait même pas au même endroit que prévu ! Je me suis immédiatement sentie en danger, même s’il avait de très bons commentaires. Il ne me semblait pas digne de confiance… Et effectivement, il s’est montré très insistant envers moi. Il a même fini par être agressif face à mes refus et a voulu m’enfermer dans sa chambre... Heureusement, j’ai réussi à m’enfuir ; j’ai pris le premier taxi jusqu’à la gare la plus proche et je suis rentrée à Rome sur le champ. J’ai écrit une plainte à couchsurfing, mais je n’ai jamais reçu de réponse… Et plus tard, je me suis aperçue que ce garçon avait créé un nouveau profil avec autre nom !” 

Christina était scandalisée de s’apercevoir que cette mauvaise expérience allait de nouveau arriver à d’autres filles. C’est là que l’idée d’une plateforme sécurisée et dédiée aux femmes a commencé à germer en elle - idée qui s’est consolidée à travers les témoignages d’expériences parfois traumatisantes de ses amies autour d’elle. 

Alors, à la question que vous vous posez peut-être, à savoir si un couchsurfing sécurisé pour les femmes est vraiment nécessaire, je pense au même titre que Christina que oui : parce qu’il s’agit d’un moyen d’assurer la sécurité aux voyageuses solo et permettre à celles-ci de continuer à barouder sans aucune crainte pour leur vie.

https://www.la-voyageuse.com/heberger-une-voyageuse-solo

Attention : je ne dis pas que toutes celles qui ont utilisé couchsurfing ont subi des agressions et que la plateforme représente un danger permanent. Seulement que des dérives existent, et que même si elles sont encore occasionnelles, elles sont suffisamment graves pour en décourager certaines et que dans ce sens, au lieu de les laisser renoncer à leur rêve de voyager seule, il est nécessaire pour elles d’avoir une plateforme de couchsurfing sécurisée pour les femmes.

C’est en réalité assez simple : si votre projet présente un risque, allez-vous l’abandonner ou lui chercher une solution ? Christina a choisi cette dernière option et espère en faire profiter le plus de femmes possible : elle a de fait lancé La Voyageuse dès son emménagement en France. Une exploratrice qui propose un navire sécurisé pour celles qui veulent, comme elle, parcourir librement le monde. Si vous avez l’intention de vous lancer vous aussi, je vous conseille de lire nos 10 astuces pour organiser un premier voyage solo.

Comme Christina le dit si bien, “girls, the world is yours too !” (les filles, le monde est à vous aussi !)


<h2>2. La Voyageuse : quelle solution et pour qui ?</h2>

Mais alors, quelle solution exactement propose La Voyageuse ?
Je laisse Christina vous répondre, parce qu’elle en parle bien mieux que moi. “La Voyageuse est la première plateforme sécurisée qui connecte les voyageuses solo avec des hébergeuses de confiance pour les aider à voyager solo de manière authentique et sûre.” Une solution innovante et sécurisante pour que les femmes n’aient plus de frein à leur rêve de voyager solo.

Christina adore pouvoir faire des rencontres chez les hôtes qui l'accueillent
Christina adore pouvoir faire des rencontres chez les hôtes qui l'accueillent

La Voyageuse, c’est donc une plateforme de couchsurfing sécurisée pour les femmes. Vous pouvez vous y inscrire en tant que “Voyageuse” solo et ainsi rencontrer de nombreuses hôtes à travers le monde pour préparer vos prochaines étapes de vacances, ou en tant que “Hébergeuse” pour accueillir les voyageuses de passage chez vous. Des rencontres, des échanges, des partages entre femmes inspirantes le temps d’un séjour authentique… L’hôtellerie tremble devant la menace que représente la nuit chez l’habitant ! Amélie vous décrit plus précisément le combat qui oppose ces deux modèles à travers un match de boxe mythique.

Une solution pour celles qui veulent voyager de manière indépendante mais sans les risques liés aux nuits chez l’habitant, une solution pour celles qui veulent rencontrer des exploratrices et leur partager un instant de convivialité. Les Voyageuses peuvent ainsi s’immerger pleinement dans la destination, en sécurité, et les Hébergeuses se faire ambassadrices de leur région pour mettre en lumière la beauté de celle-ci. Notons que les hébergeuses ne reçoivent pas d’argent : elles accueillent bénévolement les voyageuses, selon un réel sentiment de sororité. Christina  en parle avec une réelle conviction.  “Notre communauté est basée sur la solidarité, tout le monde a quelque chose à apporter : un talent, une histoire, un morceau de leur vie. Il y a une véritable notion de connexion humaine : nos voyageuses ont le sentiment de rendre visite à une amie qu’elles n’ont pas encore rencontrée.” 

Bien entendu, les hébergeuses peuvent vivre seule, ou à plusieurs ; en colocation, en famille ou en couple, avec, ou sans homme. Le principal, c’est que tous les membres du même foyer approuvent la démarche et acceptent de recevoir une voyageuse le temps d’une ou plusieurs nuits. Pas besoin d’avoir une chambre d'appoint ; un matelas ou même un canapé feront l’affaire. De même, les hébergeuses ne sont pas contraintes de passer tout le temps avec leur voyageuse : si elles travaillent, si elles sont occupées, les voyageuses peuvent être amenées à visiter les environs toute seule.

C’est la force de La Voyageuse : la plateforme met en relation plein de profils différents, enrichissants, inspirants pour favoriser les échanges et le partage dans une dynamique de bienveillance et de sororité. Le “venez comme vous êtes” du slow-tourisme. 


<h2>3. Une entreprise, ça peut avoir des valeurs ?</h2>

Oui, parce La Voyageuse, c’est une entreprise militante. 
La fondatrice Christina est donc elle-même engagée pour la cause féministe et c’est toujours avec une lueur déterminée dans le regard qu’elle s’exprime sur la question. “Le féminisme, c’est simplement l’égalité des genres : les hommes et les femmes devraient être égaux peu importe ce qu’ils font… Et les femmes devraient être soutenues quelle que soit leur décision. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas, nous avons moins de liberté dans nos choix, surtout quand on voyage… En Inde par exemple, voyager seule en tant que femme est une véritable révolution !”

La Voyageuse, c’est donc une plateforme faite par une femme, grâce aux femmes, pour les femmes. L’humain est au coeur de son métier et c’est pour cette raison que l’entreprise partage des valeurs sincères pour lesquelles elle se bat au quotidien. Cette communauté a pris la forme d’une société plutôt que d’une association… Un choix des plus pertinents.

Authenticité, sécurité, sororité
Authenticité, sécurité, sororité


Les trois valeurs clés de La Voyageuse :
  • L’authenticité en est la première.
L’objectif est de permettre à des femmes de se rencontrer et de partager chacune un bout de leur vie : l’expérience va donc au-delà d’une simple nuitée chez l’habitante, c’est une réelle mise en relation entre des profils variés et sincères. Dormir chez l’habitante, c’est être en immersion dans une destination qu’on ne connaît pas toujours, donc l’occasion idéale de vivre l’environnement de l’intérieur plutôt que de l’observer de l’extérieur grâce au quotidien d’une femme passionnante.

  • La sécurité, c’est la deuxième valeur clé pour l’entreprise. 
Mettre en relation des femmes entre elles, qui veulent voyager de manière sûre ou accueillir chez elles une inconnue, nécessite un contrôle et une fiabilité, raison pour laquelle La Voyageuse met beaucoup l’accent sur cette notion. Pour proposer un cadre sécurisé, l’équipe de La Voyageuse a prévu bien des outils, comme la double-vérification des profils et un contrôle continu de ses membres… Ce dont s’occupe notamment Maxime, le développer web de La Voyageuse. Les domaines techniques, c’est son job : et il est très doué pour présenter le système de vérification. La Voyageuse est la seule plateforme de couchsurfing à disposer d’un processus de vérification de profil aussi sécurisé. 

  • Enfin, que seraient l’authenticité et la sécurité sans un peu de bienveillance ?
C’est la cerise sur le gâteau : il peut être délicieux, mais sans ce petit plus, il perdrait en appétence. Promouvoir une immersion dans la population locale et un cadre sécurisé, c’est aussi attendre une sororité de la part des membres de qui on attend un accueil et un respect en adéquation avec le partage humain. Chloé l’a expérimenté et elle en a fait le thème de ses superbes vidéos.

Liberté, égalité, fraternité ; ou authenticité, sécurité, sororité. A chacun sa devise !


<h2>4. La Voyageuse, c’est vraiment une solution pour favoriser l’émancipation féminine ?</h2>

Et le chocolat, c’est vraiment un dessert ?
C’est vrai, ça se discute. Mon colocataire mange bien de la viande de boeuf avec un gâteau au chocolat dans son assiette (oui oui je vous l’assure), donc en soi, le chocolat c’est aussi un accompagnement… N’est-ce pas ?
Plus sérieusement, La Voyageuse promeut l’échange entre les femmes et permet ainsi à celles qui veulent voyager seule de se lancer là où couchsurfing risquerait de les décourager par les risques représentés. Donc oui, cette plateforme est un outil d’émancipation puisqu’elle aide les femmes à prendre leur envol pour voyager seule, un acte de libération comme je l’évoque dans les 7 bonnes raisons de voyager solo.

C’était le souhait de Christina : offrir aux exploratrices un navire sécurisé pour des voyages authentiques, sans risque. Y a-t-il quelque chose de plus libérateur qu’un bateau pour voguer en toute autonomie autour du monde, tout en minimisant les risques de naufrage ? C’est, à mon sens, la définition même de l'affranchissement et je pense que vous n’aurez pas de mal à me l’accorder. Un exemple vaudra mieux que mille mots : Simone est l’une des voyageuses de la plateforme… Et elle a 73 ans ! Elle s’est inscrite à ses 71 ans pour réaliser son rêve : voyager seule. Rêve qui n’a été possible que grâce à La Voyageuse qui lui a donné l’occasion de trouver la force pour s’émanciper, même à son âge.

Christina, une baroudeuse engagée pour l'émancipation des femmes
Christina, une baroudeuse engagée pour l'émancipation des femmes


Alors oui, certains vont rebondir en me demandant pourquoi on parle de l’importance du chocolat en fermant les yeux sur la cause des poires (oups désolée messieurs, je ne voulais pas (en tout cas, pas intentionnellement) vous traiter de poire). Bien sûr, ce n’est pas parce que La Voyageuse se bat pour l’émancipation féminine, à travers la proposition d’une plateforme de couchsurfing sécurisée pour les femmes, que les hommes ne sont pas non plus sujets à des risques d’insécurité au cours de leur voyage solo. Mais j’ai une grande nouvelle à vous annoncer : ce n’est pas parce qu’on défend le chocolat qu’on est contre les poires (peace and love les gars).

Oui, les hommes aussi encourent des risques. Oui, il peut être dangereux pour un explorateur de partir à l’aventure et oui, il existe des cas d’agressions d’hôtes sur des voyageurs solo. C’est très grave également et jamais je ne remettrai en cause le malheur de certaines situations. Il faut simplement comprendre que les femmes sont d’autant plus sujettes à ces difficultés et c’est un réel facteur de découragement pour certaines. Pensons-y un instant : le voyage, c’est un loisir, une activité qui est censée nous rendre heureuse, nous offrir du bon temps… Et certaines se le refusent par peur des dangers. La Voyageuse se propose ainsi d’y remédier pour que tout le monde puisse avoir accès de manière égalitaire à ce plaisir. 

La Voyageuse offre également un pass pour les femmes victimes de violence. Un pass bien évidement gratuit, qui permet à celles qui ont vécu le pire de s’échapper et de s’évader pour un moment de liberté intense. De quoi prendre le large loin des terres les plus désolées.
Les violences faites aux femmes est un sujet qui me tient particulièrement à coeur… Il y a eu 149 urgences non traitées en 2019 : un sujet grave dont tout le monde devrait prendre connaissance. 

J’espère que vous aurez, à travers votre lecture, compris pourquoi il est important d’avoir un couchsurfing sécurisé pour les femmes. 

Si devenir explorateur était avant réservé à quelques élites masculines, aujourd’hui, il est devenu possible pour n’importe qui de préparer son sac à dos (s’il peut faire 7kg, c’est encore mieux !) et se jeter à l’aventure. Bien des baroudeuses ont décidé de suivre leur rêve pour partir seule dans la destination de leur choix, via des nuits chez l’habitant pour une découverte immersive de ce territoire qui les attirait tant. Pourquoi ne pas être la prochaine ? Après tout, grâce à La Voyageuse, vous avez accès à bien de chaleureux foyers prêts à vous recevoir pour un séjour sécurisé et authentique.

Christina m’a beaucoup inspirée. “Voyager seule change la vie de celles qui se sont lancées : alors être capable d’encourager les femmes à voyager seule, c’est pouvoir rendre les femmes plus fortes encore et ainsi, changer le monde.” En fait, changer le monde ne tient qu’à nous.

Ma mère m’a souvent dit : ”Il n’y a pas de vent défavorable aux bateaux sans port”. Dénouons donc la corde et hissons la voile : la mer nous appelle.


AVENTURE| MODE DE VIE| VOYAGE

Articles de la même autrice

Articles suggérés

Retour au blog