COVID-19 : Annonce importante, en savoir plus
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
DESTINATION

La bulgarie : mon improbable voyage entre copines

article-photo-214
profile-photo-19003

Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l'auteur·e.

Vous aimez cet article ? Partagez le :

Vous rêvez d’évasion, d’un frisson liberté ? Moi aussi.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai organisé un voyage entre copines. 

Mais il s’est avéré être bien plus surprenant que ce à quoi je m’attendais...


<h2>Mars 2018, décision du voyage entre copines :</h2>

Chloé et moi décidons de partir en voyage entre copines. Surexcitées à l’idée de voyager et de vivre ensemble pendant 2 semaines nous voilà en train de tout planifier pour partir au milieu du mois de juin avant l’affluence des touristes.  Je commence donc à chercher les top destinations pour voyager pas cher en France mais après avoir lu un super récit de voyage sur le Mexique décide d'étendre mes horizons.

Nous cherchons donc le meilleur endroit où nous rendre avec comme première envie de sortir de notre zone de confort et nous imposer un peu plus d’exotisme. 

Chloé vient alors à me proposer la Bulgarie.
Pour moi c’est un non. J’ai entendu bien trop de mauvaises histoires au sujet des pays de l’Est, de femmes se faisant kidnapper et qui ne rentraient jamais chez elles. C’est certain cette destination ne m’attire pas du tout.

Je continue de chercher des idées pour ce voyage entre copines mais Chloé revient à la charge :
“S’il te plais, la Bulgariiiie, ça à l’air super beau ! Et puis ces histoires de kidnapping c’est du passé, c’était à l’époque, maintenant je suis persuadée que c’est même plus sûr que la France.” Elle m’expose tous les attraits de la ville comme si elle passait un examen à l’aide de photos montrant des endroits magnifiques et d’arguments indéniables.

Après réflexion, c’est vrai que ça a l’air très beau… et puis je ne serais pas seule, c’est l’occasion où jamais d’y aller parce que voyager seule ou entre copines en Bulgarie, la question ne se pose même pas.

J’accepte finalement sa proposition et nous voilà en quête de billets d’avions pour le mois de juin et d’activités auxquelles nous adonner.

La Bulgarie étant très vaste, nous décidons de louer une voiture pour faire une sorte de road trip. Nous réservons nos deux premières nuits à Sofia pour nous laisser le temps de nous organiser et planifier la suite de notre voyage en fonction des destinations de chaque jour.


<h2>Juin 2018, en avant l’aventure :</h2>

C’est enfin le grand jour, surexcitée à l’idée de découvrir la Bulgarie, bien que toujours un peu stressée par mes préjugés personnels, je rejoins une Chloé qui trépigne d’impatience à l’aéroport. Une grosse valise et un sac à dos pour les excursions, nous avons tout prévu pour ce voyage entre copines, du moins, je l’espère.

Au départ de Paris nous passons un peu moins de trois heures dans l’avion avant d'atterrir à Sofia.

L’aéroport est tellement grand que nous peinons à nous y retrouver et une fois dehors nous nous dirigeons vers le service de location pour récupérer notre voiture.

Installés dans notre super Citroën C3 nous partons pour l’hôtel Central Point Boutique et en prenons plein la vue au passage, la ville est magnifique.

Une petite suite avec trois chambres, terrasse et vue sur la ville quel bonheur… Non je rigole, on est étudiantes pas crésus ça sera donc une chambre basique avec un lit double à se partager. 

voyage solo.png


Claquées après tout le trajet effectué, nous avons quand même su nous motiver pour sortir manger. Entre Chloé qui ne veut pas manger pizza et moi qui ne me nourris que de ça, difficile de trouver un endroit qui nous convient à toutes les deux. Mais poussées par la faim nous avons finalement su nous mettre d’accord sur un petit restaurant, l’Izbata Tavern, proposant des plats typiques de la région. 

Repues, nous sommes rentrées à pieds pour la nuit profitant de la douceur estivale. 

<h2>Découverte de Sofia entre copines :</h2>
montage.png
Réveil à 8h avec l’objectif de visiter un maximum de Sofia dans la journée avant de prendre la voiture pour nous rendre à l’Est du pays en direction de Sozopol le lendemain. Nous commençons par nous promener dans la ville pour en découvrir le centre, avec ses grandes avenues, tout en nous dirigeant vers la somptueuse et imposante cathédrale Alexandre Nevski. Arrivée devant je suis bouche bée, l'architecture est vraiment incroyable, finalement ce voyage entre copines était une bonne idée.

Nous découvrons ensuite l’église Russe de Sofia où la légende raconte que si l’on dépose un petit papier avec nos voeux écrits dessus dans l’urne prévue à cet effet, ceux-ci se réaliseront.

Par respect de la tradition et l’envie de nous y plier, Chloé et moi déposons chacunes nos voeux à l’intérieur de l'urne en bois.

Nous passons ensuite l’après-midi à flâner dans les rues de la capitales profitant des parcs alentours et des places comme la Place Sainte Sofia où l’on peut voir une magnifique statue de la Sainte Sophie (Sveta Sofia), emblème de la ville.

Retour à l’hôtel vers 20h pour dormir un peu avant de reprendre la route vers l’Est dans la nuit.

Au volant de notre bolide, je conduis en direction de notre destination, Chloé endormie sur le siège passager. Entre le paysage qui défile à vive allure et le calme de la nuit, je profite du moment avec plaisir. 

Nous arrivons à Sozopol, magnifique ville dotée d’une presqu’île, entourée par la Mer Noire. Une fois nos bagages déposés dans l’hôtel réservé la veille, nous repartons directement à la découverte de la ville. Le mélange d’architecture entre le vieux centre et le nouveau est tout simplement magnifique.


<h2>Un revirement de situation inattendu :</h2>
sozopol.JPG
Nous passons la fin de la semaine à Sozopol, visitant les alentours et les villes comme Bourgas à moins d’une heure de là.
Tout se passait finalement très bien. Jusque-là Chloé et moi n’avions eu aucun problème tout le monde était très gentil et personne n’avait cherché à nous kidnapper. Je me sentais plutôt bien en Bulgarie finalement. 

Nous rentrons d’un petit restaurant quand Chloé reçoit un appel de sa mère. Elle parlent un peu et Chloé s’arrête d’un coup. Les larmes aux yeux elle prononce quelques mots et raccroche avant de s’effondrer dans mes bras. Après avoir repris ses esprits elle m’explique la situation : 
Son oncle qui se battait depuis plusieurs mois déjà contre des tumeurs venait de décéder et allait être enterré le lundi suivant. Elle m’annonce ensuite ce à quoi je m'attendais, mais n’étais pas prête à entendre : “Je vais rentrer pour les obsèques je suis désolée, on compte sur moi là-bas je ne peux pas les laisser tomber”. Déçue mais comprenant la situation, j'acquiesce prête à rentrer moi-aussi avec elle. Nous avons ensuite cherché un vol au départ de Sofia où nous pourrions rendre la voiture. 


<h2>Une décision difficile :</h2>

Plus je pense à l’idée de rentrer, plus je suis dégoutée. Je commençais juste à me faire au pays, je n’ai pas du tout envie de rentrer… Mais rester seule ici ? Ca me pousserait vraiment hors de ma zone de confort pour le coup… 
Je pars dormir avec l‘idée de rester en tête. Après tout, comme on dit, la nuit porte conseil.

A mon réveil, j’ai pris ma décision. Je l’annonce à Chloé et nous repartons en direction de Sofia où nous passerons une dernière nuit. 

Nous voilà devant l’aéroport. Je prends Chloé dans mes bras en lui souhaitant du courage et la laisse partir.
 
sofia-airport.jpg

J’ai décidé de rester. 

Une fois seule, je me rends compte de ce que je viens de faire et c’est la panique. Je suis toute seule, dans cette ville, sans logement pour la nuit, sans trop de budget et aucune astuce sur comment organiser un voyage solo… J’ai intérêt à m’activer. 

Je repars en direction du centre ville à la recherche d’un endroit ou manger quand je tombe sur... une crêperie française !
crepes-de-france.jpg

Nostalgique, j’entre. Une jeune femme brune m’accueille tout sourire en me parlant Bulgare. Je lui bégaie quelques mots tentant de lui faire comprendre que je ne parle pas sa langue et elle s’exclame “aaah mais vous êtes française, quel plaisir, moi c’est Maria !”. Enchantée d’avoir trouvé quelqu’un parlant ma langue après avoir perdu Chloé, mon dernier repère, nous discutons un peu.

Après lui avoir raconté ma première semaine de ce voyage entre copines, je m'apprête à repartir. Juste avant de franchir la porte, je lui demande des conseils quant à un endroit où me loger. Elle me dit qu’il existe des hôtels aux alentours mais que les prix peuvent vite grimper, surtout à cette saison. Elle me propose alors de me loger pour le reste de la semaine en échange d’un peu d’aide à la crêperie le mercredi et le samedi. 

D’abord méfiante ne la connaissant pas vraiment après tout, je finis par accepter. Elle a été si gentille avec moi et elle à l’air d’en savoir tellement sur la ville, je suis sûre que mon séjour sera bien plus agréable si je le passe en sa compagnie que seule à l’hôtel.

Rendues chez elles, Maria me présente à son conjoint et co-fondateur de la crêperie, Timotei. Tout comme elle, il est très gentil et m’accueille avec bienveillance. 
Elle me montre ma chambre et me laisse m’installer. 

Mes affaires rangées dans l’armoire je pars rejoindre Maria dans la cuisine, d’où s’émane une délicieuse odeur. Humant l’air je m’avance et m’exclame : “Wahou ça sent super bon ici ! Qu’est-ce que vous préparez ?” Maria se retourne et me sourit, “des sarmis” prononce-t-elle avec un accent bulgare “et tutoie moi je t’en prie.”  
On profite de ce moment pour discuter de tout et rien, elle m’explique que les sarmis sont des feuilles de vignes farcies, une spécialité locale.
sarmis.jpg

Timotei nous rejoint et ils m’expliquent d’un air rêveur d’où leur est venu ce projet de créer une crêperie à Sofia pendant que nous dînons. 

Je pars me coucher les remerciant tous les deux pour leur générosité. En une soirée seule avec eux, des locaux, j’ai l’impression d’en avoir appris bien plus qu’en une semaine à visiter la ville. Rien que le fait de dormir chez l’habitant et pas à l’hôtel fait toute la différence. Je me sens bien plus immergée dans la culture locale, j’ai vraiment hâte de voir ce que me réserve le reste de la semaine.


<h2>Début de la vraie aventure, l’aventure en solo :</h2>

A mon réveil je retrouve Maria en cuisine en train de préparer ce qui semble être de la banitsa, une pâtisserie traditionnelle bulgare. 
banitsa.jpg
 Elle me propose alors de l’aider. J’accepte avec plaisir, curieuse d’apprendre à cuisiner cette spécialité. J’écoute attentivement ses conseils “ pour moi, ce qui fait toute la différence c’est le travail de la pâte, mais chacun à son astuce de grand-mère. Certains mettront plus de fromage, d’autre miseront sur le choix de leur yaourt. C’est très personnel comme décision” .

Elle m’explique ensuite une tradition : “Pour célébrer la nouvelle année, la tradition est d’écrire des voeux sur des petits papiers qu’on enroule sur des branches de cornouillers et qu’on glisse ensuite dans la pâte. Lors de la dégustation, on fait tourner la banitsa et chaque personne prend la part en face de lui. Le voeux inscrit est alors perçu comme une promesse pour l’année à venir”.

Captivée par ce qu’elle me raconte je me rends compte que seule une locale aurait pu m’apprendre ce genre de choses et bien que je regrette l’absence de Chloé, je suis bien contente d’être restée. 

Elle me propose ensuite une visite guidée de la ville pour découvrir les secrets que j’aurais pu rater lors de ma première rapide journée à la capitale.

Nous rentrant le soir fatiguées de cette journée mais ravie de tout ce que j’ai appris. Pour le lendemain Maria me conseille deux villes à visiter, situées à environ 1h45 de Sofia : Plovdiv et Rila.

Après une bonne nuit de sommeil, je décide de m’aventurer à Rila pour y découvrir son superbe monastère. Je suis bouche bée par l’originalité et la splendeur de celui-ci. Ses larges voûtes somptueusement décorées et le cadre dans lequel le monastère se trouve me laissent admirative.
monastere-rila.JPG
Je profite de cette journée en solo avec pour seuls bruits ceux de la nature (et des quelques touristes déjà présents) et me rends compte du bonheur que je ressens à ce moment là. Je suis ici, seule, dans une autre pays que le miens et pourtant : tout va bien. Adieu la charge mentale quotidienne, de toujours devoir tout prévoir. Je me sens libre, forte et capable de tout. C’est si différent du voyage entre copines.

J’inspire profondément et ressens ce sentiment de plénitude (oui je sais on se croirait dans un film) mais c’est ce que j’ai ressenti. Je profite de ce cadre magnifique et repars en direction de Sofia, emballée à l’idée de partager cette super journée avec Maria et la remercier pour l’idée. 

La semaine passe petit à petit et Maria me donne chaque jour quelques idées d’activités, de lieux à faire et visiter. J’honore comme prévue mes deux jours à la crêperie en échange de son hébergement. Je profite également de ses talents culinaires pour en apprendre plus sur les plats typiques de la région tout en l’écoutant me partager ses souvenirs de sa vie en France et la différence avec la vie ici, à Sofia. 

Voyager solo.png


Quand vient la fin de mon séjour je suis émue à l’idée de repartir. Je ne sais pas si j’ai respecté les 10 commandements pour dormir chez l’habitant mais en tout cas cette semaine chez mes hôtes s’est très bien passée. Je serais bien restée un peu plus finalement...

Maria et Timotei m’accompagnent à l’aéroport sous mes nombreux remerciements et me prennent dans leurs bras avant de me dire au revoir. Je les remercie une dernière fois pour tout ce qu’ils ont fait pour moi et leur propose de passer me rendre visite, en France, dès qu’ils le souhaite.

Je pars prendre mon avion la tête remplie de souvenirs qui, même aujourd’hui, me poussent à voyager encore et encore pour découvrir d’autres Maria à travers le monde grâce à toutes ces plateformes de couchsurfing qui se sont développées sur les dernières années. 

Alors merci Maria, tu m’a permis de vivre une aventure inoubliable qui aura surpassé mon voyage entre copines, aussi plaisant fut-il.

AVENTURE| CULTURE LOCALE| VOYAGE
Vous aimez cet article ? Partagez le :

Articles de la même autrice

Articles suggérés

Retour au blog