Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

En stop : règles de sécurité pour voyageuses solo.

Sylvie K. - 15-08-2019

Faire du stop. Regarder l’horizon d’une route, debout, sac à dos à mes pieds, le bras tendu, tenant une pancarte indiquant une destination insolite. Faire un sourire aux voitures qui passent, un petit salut amical de la main, parier sur celle qui va s’arrêter pour moi. Attendre, seule, l’inconnu, quel immense sentiment de liberté !

« Ouais et quand tu te feras violer sur la banquette arrière, tu la sentiras moins ta liberté ! »….

Ça, je l’entends à chaque fois que je parle de mes voyages en stop ! J’ai beau expliquer que j’ai traversé ainsi toutes l’Europe de long en large pendant plus d’un an, qu’il ne m’est quasiment jamais rien arrivée. Malgré cela on va me répondre :

« Ouais mais t’es chanceuse, tu mesures pas le danger… »

Et bien si, justement, le danger je le mesure. Déjà, il faut arrêter de penser qu’il y a un violeur en puissance à chaque coin de rue. L’humain n’est pas aussi pourri qu’on essaye de nous le faire croire, au contraire, si j’en crois mon expérience, l’humain est génial, généreux, surprenant. Mes plus belles expériences de vie sont issues de rencontre avec des inconnus !

« Ouais mais le mec qui s’arrête pour te prendre en stop, j’t’assure il a toujours une petite idée derrière la tête… »

Alors déjà, la plupart du temps, se sont des femmes où des couples qui me prennent en stop, solidarité féminine ! Ensuite, lorsque se sont des hommes, je ne suis pas non plus complètement inconsciente. Je sais que je représente le potentiel fantasme masculin de la p’tite vite derrière un arbre avec la p’tite autostoppeuse innocente dans sa p’tite robe à fleures. Pour parer à cela, j’ai mes règles (de sécurité) : MAIS ATTENTION, Je pars du principe premier que la très grande majorité des hommes qui s’arrêtent pour me prendre en stop ont simplement un cœur généreux et j’en profite pour remercier tout ceux qui ont croisé ma route : bravo les mecs !

CONSEIL N°1/ Photographier la plaque d’immatriculation et l’envoyer à une amie.

C’est souvent assez radical. La voiture s’arrête, le gars baisse la vitre ‘’tu-vas-où-je-vais-là-moi-aussi-vas-y-monte-OK’’, mais avant de monter, je passe devant la voiture, le plus naturellement possible, je prends en photo la plaque d’immatriculation, puis je l’envoie aussitôt à une amie. Après je monte dans la voiture, et j’explique que c’est ma petite ‘’assurance’’ au cas où je tombe sur quelqu’un de mal intentionné. Même si on ne parle pas la même langue, j’arrive toujours à m’expliquer. Ca ne crée pas de tension, au contraire ! Ca crée souvent des situations comiques qui rendent l’ambiance très joviale ! En tout cas, si le type avait effectivement l’idée de faire un détour par la forêt, je pense que ça refroidit bien ses ardeurs !

CONSEIL N°2/ La p’tite robe à fleure, dans le sac à dos !

Je crois que la manière dont on se présente est importante. Je suis toujours outrée quand j’entend des stupidités du genre « c’est de sa faute, elle se trimballait en jupe !» mais en même temps, je tente pas le diable. Lorsque je voyage solo, je ne sors mes jolies tenues que lorsque que je suis installée dans un endroit sûr. Quand je suis sur la route, là, je me transforme en baroudeuse intrépide ! Vêtements amples pour cacher mes formes, pantalon, ceinture, chaussures de rando, casquette militaire, pas de maquillage, pas de bijou, pas de décolleté. Bon sans exagération non plus !

CONSEIL N°3/ L’attitude

Si dans la vie vous êtes plutôt timide, fragile et manipulable, le voyage en stop est fait pour vous ! Car ça va vous obliger à changer cela ! En rentrant dans une voiture d’un homme, vous rentrez dans son territoire, sa tanière… A vous de ne pas vous montrer comme une potentielle proie. Soyez souriante, mais ferme et directe. Si le gars commence à vous poser des questions du genre « vous êtes célibataire… » pas de naïveté, soyez cash et préparée à ce genre de situation.

CONSEIL N°4/ Garder votre sac sur les genoux

C’est pas un détail, c’est important. Même si le mec insiste en faisant le gentleman pour mettre vos bagages dans le coffre ou à l’arrière, soyez catégorique : « Non, j’ai besoin de mes affaires avec moi. – Mais vous allez être serrée à l’avant avec votre gros sac ! – C’est pas un problème. » Même les mecs qui font du stop font la même chose, c’est une règle de base pour simplement ne pas se faire voler ses affaires, ou, si vous devez descendre du véhicule en urgence parce qu’il y a un problème avec le type. « Descendre du véhicule quand il roule ???? » Oui oui, si le conducteur ne veut pas s’arrêter malgré vos demandes, vous pouvez tester, vous ouvrez la porte du véhicule, et le conducteur va s’arrêter ! (au pire jetez ce que vous trouvez dans la boite à gants ça devrait être radical – jamais testé cela dit, et vous ?)

CONSEIL N°5/ Proscrire le stop la nuit

Ça semble une évidence, la nuit, vous n’êtes pas visible, y a moins de voitures, vraiment, c’est galère. Pour éviter de se retrouver dans cette situation, je prévois la durée de mon trajet : nombre de klm, nombres de changement de directions, type de route. Si j’ai un long trajet à faire je pars tôt le matin, et je me prévois toujours une grande marge d’erreur.

CONSEIL N°6/ Dire que vous avez un mec… ou pas ?

Pendant un bout de temps, je racontais que j’avais un mec pensant ainsi réduire les tentations. Mais je suis pas certaine que ça réduit quoi que ce soit. C’est peut être même le contraire avec les hommes mariés… Et puis plusieurs fois ça m’a même mis dans des situations ambiguës : « Votre copain vous laisse partir toute seule en stop ? – Oui, on est assez indépendants et il me fait confiance. – Indépendants… vous êtes un genre de couple libre ? » Et bam ! La discussion tourne du mauvais côté… Mec ou pas mec ? Je n’ai pas d’avis tranché la dessus.

Qu’en pensez-vous les filles ? Vous avez d’autres astuces ou conseils à partager ?

adventure

mode de vie

raod trip

Retour au blog